INFOS-TRUCS- PLUS
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue à.. « Invité » - info truc plus. Que vous soyez animateur, participant ou simple visiteur, nous espérons que vous apprécierez , Merci de votre participation. Je vous souhaite beaucoup de joie parmi nous.
Heure de Québec,Montréal
Heure de France,Paris
Derniers sujets
» Voilà un petit jeu qui va vous amuser des heures et des heures....
Ven 5 Avr - 13:14 par Admin

» Votre carte de crédit est peut-être trop bavarde
Dim 17 Fév - 2:39 par Admin

» Fin de vie: un projet de loi sera déposé dans quelques mois au Québec
Jeu 17 Jan - 20:49 par Admin

» Boissons énergisantes: des milliers de visites aux urgences
Jeu 17 Jan - 20:45 par Admin

» Record de recours aux banques alimentaires au Canada; quelques recommandations
Jeu 1 Nov - 18:12 par Admin

» Mega : un MegaUpload ressuscité et blindé juridiquement ?
Mer 31 Oct - 2:45 par Admin

» Loto-Québec attire les acheteurs de loteries sur son site de jeux en ligne
Lun 13 Aoû - 23:27 par Admin

» Une pétition en ligne contre les chemises d'hôpital irrespectueuses
Mer 8 Aoû - 4:37 par Admin

» recherche animateurs/animatrices
Sam 26 Mai - 0:20 par Admin

» La carte à puce a permis de réduire les fraudes
Mer 7 Mar - 0:30 par rex_max

» Anonymous trahi par un de ses membres
Mer 7 Mar - 0:05 par rex_max

» Drame à Deerfield Beach La mère et son fils toujours dans un état critique
Dim 12 Fév - 16:37 par Admin

» Itinérance: la Ville de Montréal demande que le réseau de la santé s'occupe des besoins en santé mentale
Jeu 12 Jan - 0:54 par Admin

» Une gomme à mâcher pour maigrir?
Mar 13 Déc - 1:40 par Admin

» Émoi sur le web: le site Megaupload inaccessible depuis lundi (MàJ)
Mar 29 Nov - 20:49 par Admin

» Brève panne mondiale sur Internet
Mar 8 Nov - 20:36 par Admin

» Les implants mammaires toujours aussi dangereux
Ven 28 Oct - 15:54 par Admin

» Trois ans de prison pour avoir blasphémé sur Facebook
Ven 28 Oct - 15:28 par Admin

» Nouveau réseau sans-fil gratuit sur le boulevard Saint-Laurent
Jeu 20 Oct - 21:48 par Admin

» Un autre satellite va s'écraser sur Terre
Jeu 20 Oct - 21:21 par Admin

Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 802 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est BIDOU0065

Nos membres ont posté un total de 2522 messages dans 1722 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
BOUTON METEO
TRUCS-DE-GRAND-MERE
Astuce
Logiciel Gratuit
Giveaway of the Day

Partagez | 
 

 Piratage - "Apple se fout de la musique ! "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KIAI0065
j'ai quelque chose a dire.!!
j'ai quelque chose a dire.!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 922
Age : 52
Localisation : SAINT GRATIEN
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Piratage - "Apple se fout de la musique ! "   Mar 11 Nov - 9:37

Piratage - "Apple se fout de la musique ! "
Interview- Le Président du conseil d'administration de la Sacem évoque sans concessions l'attitude du fabricant de l'iPod, des majors, et des fournisseurs d'accès à Internet.
*
"iTunes gagne peut-être un peu d'argent mais ce qu'ils veulent c'est simplement vendre des iPod", estime Laurent Petitgirard à propos d'Apple.

Olivier LEVARD - le 07/11/2008 - 17h17

Après la loi sur le piratage (Voir la première partie de l'interview), le président du conseil d'administration de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) parle sans concessions à LCI.fr de tous les acteurs de la filière musicale : auteurs, fournisseurs d'accès à Internet (FAI), majors du disque et constructeurs. Laurent Petitgirard n'épargne ni Apple, ni les FAI à qui il reproche de gagner de l'argent sur le dos de la filière musicale.

Laurent Petitgirard, président du conseil d'administration de la Sacem
Sacem/Marc Chesneau
LCI.fr : Le rapport Olivennes qui est à la genèse de la nouvelle loi "Création et Internet" pouvait être résumé en deux volets. L'un, répressif, contre le piratage et un autre en contrepartie : un engagement des acteurs de la filière à développer l'offre légale. Les efforts ont-ils été satisfaisants ?

Laurent Petitgirard, président du conseil d'administration de la Sacem : Non, l'offre légale n'existe pas encore en qualité et en quantité suffisante. Mais nous avons des signes positifs comme la récente décision de Pascal Nègre (NDLR : le patron d'Universal) d'abandonner les DRM (NDLR : le système de protection des fichiers musicaux qui en complique la copie et le transfert). On voit bien que les DRM diminuent et qu'il y a donc une amélioration des offres. Mais il reste un immense problème : celui de l'interopérabilité.

LCI.fr : L'interopérabilité, c'est la capacité des différents logiciels, lecteurs multimédia, et types de fichiers à fonctionner ensemble, à être compatibles. Pour l'instant utiliser l'appareil d'un constructeur avec le site ou le logiciel d'un autre acteur reste souvent un casse-tête. Qu'est-ce qui bloque les progrès dans ce domaine?

L. P. : Le problème fondamental, c'est que l'on raisonne comme si l'on était en train de discuter avec des gens qui diffusent de la musique, mais en réalité, lorsque l'on discute avec iTunes (NDLR : la plateforme de téléchargement d'Apple sur ordinateur et iPod), on discute avec des gens qui vendent des machines ! Apple se fout de la musique, ils n'en ont rien à faire ! iTunes gagne peut-être un peu d'argent mais ce qu'ils veulent c'est simplement vendre des iPod : ce sont des fabricants de matériel. C'est un alibi.

LCI.fr : Apple communique pourtant sans relâche sur son amour de la musique. Il suffit de rappeler le titre de son dernier événement iPod : "Apple loves music"...

L. P. : On pourrait choisir plutôt le slogan "Apple loves money a lot and, music... a little bit". (NDLR : Apple aime beaucoup l'argent et... un peu la musique). Le problème, c'est que le gouvernement le plus décidé qui soit, d'aller vers l'interopérabilité, ne peut forcer Apple à rendre son logiciel compatible avec les autres supports. Cela dépasse les compétences de la filière et du gouvernement. Les majors du disque ne sont pas forcément mes amies, mais elles sont confrontées à un constructeur qui se moque des auteurs, des interprètes, et des producteurs.

LCI.fr : Apple est donc l'ennemi public numéro un ?

L. P. : Non, car en même temps, c'est le seul support qui fonctionne, qui rapporte un peu d'argent. Mais sur les dernières années, les téléchargements légaux sont passés de 1 à 3 millions quand le disque en perdait 54. Vous voyez quand même que le rapport est très faible... Les créateurs ne pourront pas récupérer tout ce qu'ils ont perdu : il y a une érosion du support physique et la technologie permet désormais de télécharger un titre sans acheter la totalité d'un album. Ils peuvent toutefois espérer mieux : le piratage est aussi indiscutablement responsable de la baisse des ventes, certes pas à 100%. Il y a aussi une vampirisation de la filière musicale par les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) qui vivent de l'échange illicite des biens culturels comme la musique ou le cinéma.

LCI.fr : Vous proposez donc de taxer les FAI pour financer la musique, comme le gouvernement s'apprête à le faire pour la télévision après la décision de supprimer la publicité après 20 heures à partir de janvier. Commet comptez-vous vous faire entendre?

L. P. : Tout le monde sait que lorsque l'on va taxer les FAI, ils vont monter leurs tarifs... Le gouvernement justifie cette décision en disant qu'ils se servent de la télévision comme produit d'appel. Et si la musique n'est pas un produit d'appel, c'est quoi alors ? Ça l'est même bien davantage que la télévision. Il serait donc évidemment logique de taxer les FAI pour financer la musique. Nous sommes à une étape intermédiaire, c'est bien loin d'être la dernière loi. Il est aussi indispensable qu'une relation plus étroite se recrée entre les créateurs et les internautes. Il faut pour cela qu'on arrête de nous confondre avec les majors. Nos intérêts ne sont pas les mêmes. Je tiens à rappeler que si l'on a tant de problèmes avec Bruxelles c'est qu'Universal a déposé une plainte contre les sociétés d'auteurs. Il faut donc arrêter de croire que nous sommes au service des majors.

LCI.fr : Vous n'êtes donc pas à la botte de Pascal Nègre...

L. P. : Certainement pas ! Je le respecte parce que c'est un homme compétent mais nous ne sommes ni copains, ni dans le même camp.

LCI.fr : Que pensez vous du système de diffusion gratuite en streaming sur Internet, des système de "radio à la demande" comme Deezer.com qui rencontrent un grand succès?

L. P. : Les promoteurs de Deezer sont des gens qui se sont tout de suite posé le problème du droit d'auteur et sont venu voir les ayant droit. C'est à saluer. Mais il y a encore une disproportion énorme entre ce que représente Internet en termes d'efficacité et de facilité pour les internautes et son retour financier vers la filière, les créateurs. Avec Deezer, on est à sept millièmes d'euros au titre écouté par un internaute. Il faudrait donc qu'un titre ait été écouté des dizaines de milliers de fois pour rapporter quelques euros qui se partagent entre l'éditeur, les compositeurs et les auteurs. A force de vouloir concurrencer la gratuité, le piratage, on arrive à une dévalorisation de la musique. La comparaison avec la radio est limitée. Pour gagner avec Deezer l'équivalent sur de ce que rapporte un passage sur RTL, il faudrait q'une chanson soit écoutée des centaines de milliers de fois...

Piratage - "Apple se fout de la musique ! "

* le 08/11/2008 à 19h08

La musique n'est pas la seule à voir son business modèle chahuté par la gratuité et internet : les journaux par exemple sont dans le même cas, l'argent qu'ils gagnent sur internet via la pub ne compense pas l'argent perdu sur papier si on suit la même logique, il faudrait aussi taxer les FAI pour financer les journaux qui meurent peu à peu... je veux bien payer pour de l'information de qualité mais je n'ai pas envie de financer une industrie mourante, à pure perte. le même raisonnement s'applique à la musique, il va falloir développer d'autres business modèles, qui je crois marchent déjà pas mal : concerts par exemple aussi, demain avec la généralisation du streaming, il ne sera plus du tout nécessaire de télécharger "illégalement" la musique, on l'écoutera en ligne, via son ordi comme sur deezer déjà maintenant ou via son téléphone portable ou son baladeur connecté à internet
Matthieu, Paris
* le 08/11/2008 à 18h39

L'univers digital modifie fondamentalement la consommation de contenu. Les changements des dernières années dans la musique ne sont rien par rapport à ce qui va se produire avec la vidéo.... L'arrivée de la fibre optique et de Wimax va faire exploser l'offre en ligne. Dans quelques années nous pourrons avoir des films à la demande en HD sans bouger de la maison. Cette transformation va enrichir des inventeurs et transférer de la valeur de manière inédite (ex: Apple). Les ouvriers des chaînes de montage ont du s'adapter à la mondialisation, et là franchement c'est dur; que les vedettes de la chanson et du cinéma aient à faire de même devrait-il nous faire pleurer ?
JM, Neuilly
* le 08/11/2008 à 13h37

Laurent Petitgirard est compositeur et chef d'orchestre (vous savez, la musique des enquêtes du commissaire Maigret). Un grand chef d'orchestre. Je doute qu'il pense à autre chose qu'aux gens qui essaient de vivre de leur musique et n'y arrivent pas. Bernard Lavilliers a dormi pendant 10 ans dans sa voiture pendant ses tournées dans toute la France pour des petits cachets. Les réflexes de consommateurs, ça a ses limites aussi. Un jour, il n'y aura plus d'artistes professionnels. Ils devront faire des petits boulots à côté pour survivre. Remarquez, c'est à ça qu'on reconnaîtra les vrais.
Alain, Montpellier
* le 08/11/2008 à 13h36

Avant 1777 les artistes vivaient de la mendicité des puissants et des princes, après 1777, date de création du droit d'auteurs constituant une garantie d'indépendance pour les auteurs, ils purent aussi développer comme jamais avant la culture populaire, (re)inventer l'irrévérence, la caricature et devenir le canal le plus efficace pour réagir avec vigilance sur les dangers et les excès inévitables des princes et gouvernant, leurs anciens mécènes. Aujourd'hui le droit d('auteur est encore plus efficace pour la culture populaire, ce que ne font pas les FAI ni les majors : il est totalement stupide de confondre les industries qui vivent de la création et les sociétés civiles d'auteurs qui maintiennent l'existence de ce qu'il faut bien appeler la liberté d'expres​sion(vous savez, c'est ce truc qui permet de dire n'importe quoi sur les forum en toute liberté et anonymat)... De plus, les industries ne reverses pas leurs dividendes, sinon contraintes et forcées, alors que les sociétés d'auteurs subventionnent de nombreux événements culturels et pour le plaisir de toute la société. Que des lois puissent être discutées et discutables, certes, mais faire du droit d'auteurs une cible à abattre est autrement plus dangereux. N'oublions pas qu'il nous permet entre-autre de nous exprimer librement, comme sur ce forum ; voulons nous réellement revenir avant 1777 ?
Route-quitte, Paris
* le 08/11/2008 à 13h26

Petit résumé économique: - cout de distribution de la musique : 0? (demandez aux utilisateurs de P2P si ils ont déjà dépensé un centime). - cout de support : dissocié => le support est intégré au baladeur qu'on achète, ce n'est plus un simple lecteur puisqu'il intègre une capacité plus ou moins large et extensible de mémoire qui plus est ré-inscriptible. - cout de promotion : 0? (dans ce petit monde, la publicité c'est le bouche à oreille, et les sites ou forums spécialisés). - cout de production : en forte baisse (et oui, l'informatique en studio de toutes tailles, ça réduit drastiquement les frais de matériel !!), mais soit, si il faut payer quelque chose c'est bien ça, et l'artiste ! Résultat : les couts sont globalement divisés par 4 : 20? le CD donne (maximum) 5? l'album en mp3, sachant qu'on veut (comme à la fnac) pouvoir l'écouter avant, pour finalement donner (ou pas) quelques euros qui permettent rapidement et en toute simplicité, de télécharger depuis n'importe ou dans le monde les titres qu'on préfère. En réalité, il n'y as pas à avoir d'inquiétude pour une maison de production, elle va pouvoir toucher un public bien plus large, a des couts bien inférieur, à la seule condition de répercuter cela sur le prix final. Ne pas le faire ne relève que de la mauvaise volonté... c'est lamentable et très "conservateur-suicidaire".
Pacpac, Montpellier
* le 08/11/2008 à 13h26

Les nouvelles technologies, c'est la démocratisation de la musique puisque l'on sait que les couts de support, de distribution, de promotion, voire même de production se rapprochent de 0 ... et oui ! Alors il y a 3 neurones très excités dans la tête de ces gens qui se disent : "Mais pourquoi ne pas leur faire payer le même prix pour des couts bien inférieurs ??" => Réponse: Parce qu'on est pas des blaireaux !! Donc oui, il y a une très forte de demande dans le développement de ces technologies parceque c'est plus simple et pratique, mais bizarrement personne ne veut sortir la vaseline (c'est dingue non ?).. Et ces incapables de l'industrie de la musique jouent les autruches face à un modèle en pleine désintégration, refusant encore et toujours de se lancer dans des solutions pourtant viables, et critiquant ceux qui réussissent à leur place..
Pacpac, Montpellier
* le 08/11/2008 à 13h03

Un CD dans le commerce à 10 ? et des albums complets à télécharger à 4 ? ( pas de support, moins bonne qualité de la musique ) relancerais le commerce de la musique.
Vince, Gap
* le 08/11/2008 à 12h47

En tant que musicien je préférerais passer par iTunes que par la SACEM... Ce pauvre monsieur ne sait pas ce qu'il raconte. S'il utilisait iTunes ils saurait qu'il peut très facilement convertir ses fichier AAC en MP3... Ca doit faire peur aux artistes d'être représenter par un type comme ça !
Less, 15
* le 08/11/2008 à 12h06

Haha je me gausse... On critique apple, c'est bien gentil... mais faut pas oublier qu'ils nous rendent un grand service (certes payant, mais rien comparé au pognon que nous coûterait l'achat de cd ou autre pour le plaisir d'entendre une, deux, voir trois bonnes chansons sur un album de 10 à 15...). Apple a été plus intelligent que les autres, c'est pas une raison de dénigrer maintenant. Fallait ouvrir les yeux avant... Quant à deezer, excusez-moi, mais c'est incomparable à une radio nationale comme on en écoute dans notre voiture ou autre. Pourquoi ? Parce que deezer nous offre la possibilité de pouvoir choisir la chanson que l'on veut entendre ! Et oui, nous ne sommes pas obliger d'écouter 10 "mauvaises" oeuvres, avant d'entendre une qui sort du lot. Et je pense que là on touche le coeur du problème ! Et oui, on est de plus en plus envahit par des pseudos artistes qui pondent de la daube, et on s'étonne des échecs commerciaux de ceux-ci... Et pourtant, lorsqu'un bon cd sort, c'est un succès ! Dernier exemple en date, Black Ice d'AC/DC. C'est un véritable succès, et ça se comprend. Sur 15 chansons, ba c'est simple, y'a 15 tubes (et le groupe l'a bien compris ce problème. C'est pour ça qu'ils ne diffusent pas sur iTune). A l'heure de la crise du pouvoir d'achat et autre, faut arrêter de dénigrer les "nouveautés" qui facilitent la vie des gens. Si vous voulez que les ventes augmentent, faut que les artistes arrêtes de faire de la daube.
Anachnu, Strasbourg


@+ KIAI0065 sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Piratage - "Apple se fout de la musique ! "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plus capable de sa "foutu" musique.. désolé le terme...
» "Stop" pour son et musique
» besion d'aide language html lecteur de musique !! (Résolu)
» .Apple ~ Poire.
» Gros Probleme de pilote (Apple mobile device)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INFOS-TRUCS-PLUS :: Les Actualité Presse Du Jour :: Atualité presse-
Sauter vers: